l\'indigné

De la merde dans nos assiettes... :

La bataille de nos assiettes

 

De la merde dans nos assiettes... :Un petit coup d'oeil dans les coulisses de l'industrie alimentaire..

 

Une chose n'a pas changé -- et ne changera jamais --, cependant : notre exigence de qualité. Il en va de même pour notre volonté constante de vous apporter des informations claires et sans langue de bois, élaborées en toute indépendance

 

Les vendeurs de maladie - Documentaire sur les pratiques de l'industrie :

Cash Investigation, diffusé sur France2 le vendredi 27 avril 2012

Cette édition de Cash Investigation s'intéresse aux «vendeurs de maladies», ces laboratoires qui inventent de toutes pièces une pathologie pouvant correspondre à la nouvelle molécule qu'ils viennent de mettre au point, parfois malgré des effets secondaires avérés, pour lesquels ils ont déjà prévu de nouveaux médicaments. Elle évoque également Shanti Senthikuma, une Indienne de 34 ans vivant dans le Kerala, un Etat du sud ouest de l'Inde qui s'est battues pendant des années contre la compagnie Coca Cola qui, pour les besoins de production de son soda, privait la population d'accès à l'eau potable. cf voir Le lobbying de l’industrie... , Les risques du Bisphénol A ?,   

 

Les porcs ont la grippe, la planète éternue : Mais cette crise ne fait pas que des malheureux, La peur de la grippe porcine: Une mine d’or sur les marchés boursiers pour les sociétés de biotechnologie « politiquement connectés » Cliquez Ici :

 

"La peur de la grippe porcine a fait monter la valeur boursière des entreprises pharmaceutiques. Suite aux premiers reportages en provenance du Mexique concernant l’épidémie de la grippe, la demande en médicaments anti-grippaux a explosé."

 

Comme Le prix de l'action de Gilead sur le New York Stock Exchange (NYSE) a augmenté considérablement depuis l'annonce de l'épidémie de grippe porcine au Mexique (voir graphique):

 

Conflit d’intérêt « L’ancien secrétaire à la Défense, Donald Rumsfeld, était l'un des principaux actionnaires de Gilead Sciences Inc »

 

Tous malades pour les labos

Source Tous malades pour les labosUn documentaire mardi sur Arte montre que l'industrie pharmaceutique, faute d'inventer de nouveaux médicaments, invente... des maladies.

 

 

 

Maladies à vendreest un documentaire édifiant à regarder absolument  sur Arte pour devenir des "acteurs de santé" responsables, informés des manipulations possibles. Du cholestérol trop élevé à la dysfonction érectile en passant par la dépression et le trouble bipolaire, ce document démontre les stratégies mises en oeuvre, avec la complicité plus ou moins passive des experts médicaux et des autorités de santé, pour nous transformer en consommateurs de médicaments. Mikkel Borch-Jacobsen (philosophe et historien de la psychiatrie, professeur à l'université de Washington) et Anne Georget y interrogent de nombreux experts.

 

 le système de santé :

 
 

Dite Non à la Malbouffe de la Mondialisation agro alimentaires ...

L'affaire ne date que de quelques semaines, et il y a peu de chances que vous l'ayez oubliée, surtout si vous êtes amateur de plats surgelés ou amoureux des équidés : de la viande de cheval a été retrouvée dans nombre de plats surgelés – des lasagnes aux tomates farcies – dans toute l'Europe.

 

 

Viande de cheval: des factures Spanghero accablantes saisies lors de l'enquête
Par LEXPRESS.fr, publié le16/02/2013 à 14:04,
Les enquêteurs des services vétérinaires sont toujours, ce samedi, à Castelnaudary dans l'usine de plats cuisinés dont l'agrément sanitaire a été suspendu. Des factures accablent le sous-traitant, révèle France Info.

 

 

L'occasion pour beaucoup d'entre nous de découvrir qu'un animal peut être abattu en Roumanie, puis sa viande vendue en gros via deux courtiers, un à Chypre et l'autre aux Pays-Bas, à une société française, pour être transformée au Luxembourg et ensuite être vendue un peu partout en Europe, de la France à l'Italie, en passant par le Portugal, l'Angleterre, et ce, entre autres, par une entreprise suédoise.

 

Derrière cette filière, un principe : la rentabilité. Car si le grossiste néerlandais a acheté de la viande de cheval en Roumanie, c'est uniquement pour une question de coût et de marge. Un circuit qui nous permet d'acheter des lasagnes surgelées quelques euros.

 

L'affaire de la viande de cheval a été le début d'une vaste vague de contrôles sanitaires. Les résultats laissent... perplexe: du cheval dans des lasagnes, des boulettes, des raviolis ou de la moussaka, du porc à la place du boeuf en Angleterre ou encore du kangourou et de la girafe dans des bâtonnets de viande séchée d'antilope en Afrique du Sud – ne me demandez pas quel goût à l'antilope, je n'en ai aucune idée.

 

Les mauvaises surprises ne s'arrêtent pas là : des bactéries d'origine douteuse ont été découvertes dans des tartes Ikea et, en Islande, des tourtes à la viande se sont avérées ne contenir aucune trace de protéines animales. Bienvenue dans l'ère de la suspicion envers le contenu de votre assiette.

 

L'empire du scandale de la nourriture frelatée
Si la viande de cheval ne risque pas de vous tuer, d'autres scandales alimentaires ont non seulement défrayé la chronique mais aussi fait des victimes.

 

En 2008, c'est le scandale du lait frelaté qui a secoué la Chine. Le géant agroalimentaire chinois Sanlu avait en effet mis en vente du lait de vache contenant de la mélamine, destinée à en falsifier la quantité de protéines. Le problème est que la mélamine peut déclencher des calculs rénaux. D'après l'estimation du ministère de la Santé chinois, 300 000 enfants auraient été concernés et une dizaine d'entre eux en seraient morts.

 

En février dernier, l'affaire a même été relancée alors que 72 tonnes de poudre de lait contaminé ont été saisies, preuve que les stocks de lait à la mélamine n'ont toujours pas été complètement détruits.

 

Depuis 2008, d'autres scandales du même genre font régulièrement surface en Chine : des protéines de cuir qui ont été découvertes dans du lait, du plastique dans du riz, de l'antigel dans le dentifrice, du formol dans des choux, de l'eau de javel dans les champignons... et j'en passe.

 

Au moment même où je finis cet article, je tombe sur un article du Monde titrant "Nouvelle affaire de lait frelaté en Chine". 25 tonnes de poudre de lait pour bébé auraient été saisies pour falsification des dates limites de consommation.

 

Selon Pékin, 15% des Chinois seraient chaque année victimes d'une intoxication alimentaire si bien que différentes mesures ont été prises pour lutter contre un problème loin d'être anecdotique et qui soulève la colère de la population : création d'un Comité de sécurité alimentaire, loi sur la sécurité alimentaire, peines très lourdes – pouvant aller jusqu'à la peine capitale – pour les responsables des plus graves infractions à la sécurité alimentaire et contrôles sanitaires renforcés.

 

En 2012, une application pour smartphone, China Survival Manual, a même été lancée pour prévenir les risques alimentaires dans l'empire du Milieu en diffusant des informations sur les produits dangereux. Le succès a été immédiat avec plus de 200 000 téléchargements dès la première semaine.

 

Le marché noir du lait qui vaut de l'or
Après 2008, les Chinois se sont précipités sur le lait en poudre d'origine étrangère, réputé plus sûr que les laits proposés par les entreprises chinoises.

 

Une demande telle qu'elle avait provoqué une pénurie de lait pour bébé jusqu'en Australie ou en Nouvelle-Zélande. Un véritable trafic de lait s'est alors mis en place. D'après le Financial Times, citant le gouvernement australien, des centaines d'étudiants australiens ont ainsi servi de passeurs. Ils étaient chargés d'acheter du lait en poudre dans les supermarchés australiens et de les envoyer ensuite en Chine, empochant au passage une petite commission. Le lait était ensuite revendu deux fois son prix. Le mouvement a pris une telle ampleur que les supermarchés australiens ont dû faire face à une véritable pénurie.

 

Hong Kong vient de limiter le nombre de boites de lait en poudre autorisées par voyageur se rendant en Chine pour essayer de limiter la contrebande qui sévit entre l'île et le continent.

 

Les géants agroalimentaires comme Nestlé ou Kraft espèrent profiter de ces scandales pour s'imposer sur le très prometteur marché chinois. Ils ne sont pas les seuls. La stratégie de la coopérative laitière nouvelle-zélandaise Fonterra est centrée sur l'empire du Milieu, et ce malgré les difficultés rencontrées. Fonterra, détenait en effet 40% du Chinois Sanlu, responsable du scandale de 2008, et avait été accusée d'avoir trop tardé à signaler ses suspicions sur la qualité du lait proposé par son partenaire chinois.

 

Bien décidée à faire oublier cette casserole et à profiter du potentiel chinois, Fonterra va donc lancer dans les mois qui viennent une marque de lait infantile à destination de ce marché et prévoit de construire une usine de production de lait UHT dans l'empire du Milieu. Un dispositif qui s'ajoutera aux deux fermes laitières que le groupe y possède déjà.

 

Documentaire..Ces aliments qui vous veulent du bien :

Oméga-3, probiotiques, antioxydants, pantalon favorisant la circulation sanguine... Ces dernières années, l'argument santé est devenu très à la mode. Incités quotidiennement par les revues, publicités et industriels, à manger sainement pour prévenir carences et déficiences et même à se vêtir différemment, de nombreux consommateurs sont désormais à l'affût de tous les produits susceptibles d'améliorer leur santé voire de préserver leur jeunesse. Mais, quelle est la part de science et celle de marketing dans tout ce qu'on nous promet ?.

 

 

 les spécialistes de la bioanalyse
S'il y a bien un secteur qui profite de ces affaires et de la suspicion qui pèse de plus en plus sur le contenu de nos assiettes, c'est celui de la bioanalyse.

 

Des tests ADN à ceux permettant de détecter le virus de la grippe A ou encore la présence de pesticides, d'anti-inflammatoires, etc., ces sociétés voient leur potentiel de clients s'agrandir à chaque nouvelle crise alimentaire ou sanitaire.

 

L'affaire de la viande de cheval a ainsi permis à la société française de bioanalyse Eurofins de gagner une visibilité nationale, voire internationale. Les compétences d'Eurofins ont ainsi été utilisées par la plupart des groupes agroalimentaires européens pour déterminer l'origine et la composition du "minerai" de viande qu'elles utilisent.

 

Parmi les grandes affaires sanitaires pour lesquelles Eurofins a proposé son expertise : la vache folle, la grippe A (détection du marqueur du virus), l'affaire du lait chinois (expertise alimentaire), l'irradiation liée à Fukushima (détection de la contamination alimentaire) ou encore la détection d'OGM.

 

Eurofins s'est aussi spécialisée dans l'expertise génétique (le plus souvent à visée judiciaire). Le laboratoire français a ainsi été chargé d'identifier les victimes du vol Rio-Paris en 2009.

 

 

Vous l'aurez compris, le secteur de la bioanalyse représente une nouvelle source de profit. Il est plus simple de profiter sur les deux tableaux ( profit, sans se préoccuper des conséquences sanitaires, écologiques et sociales) et profiter des conséquences des externalités négatives pour gagner de nouveaux projets économiques.

 

 

 

My Sweet Paradise - La malbouffe - Les Alimenteurs - YouTube

 

 

A lire : Le capitalisme nuit gravement à la santé, Pourquoi parler de "crise" ? - l'indigné

 

Peur sur l'hôpital

 

Les risques du Bisphénol A ?

 

L'énigme de l'autisme

 

Syndrome d'Asperger -

 

 

Survivre au progrès ;  Documentaire proposé par ARTE sur l'Homme et sa place dans le monde...
R E N V E R S A N T



08/08/2013
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 32 autres membres